Aux vraies sources
de la Recherche.

Sur PROUST

lire la suite...
Image   Image
Image   Image

sur LYAUTEY
Image   Image

sur le CARDINAL GRENTE

sur LES ACADÉMIES
Image  Image

sur LES ORIGINAUX
Image   Image
  Image   Image

sur MODIANO
Image

sur BARTHES

sur R. PEYREFITTE
Image

sur Armand ROBIN

***********

Christian GURY dit Luc ALDRIC et ALDRIC-GURY
 
[Avocat honoraire à la Cour d’appel de Paris et essayiste, Christian GURY est aussi l’auteur de fictions sous le pseudonyme de Luc ALDRIC et donne des textes à caractère autobiographique ou de témoignage sous « l’identité choisie » d’ALDRIC-GURY.]
 
Né le 29 décembre 1950 à BORDEAUX. Passe sa jeunesse à PORT-BAIL (Manche), en face de Jersey.
« Lorsque j’étais enfant, dans le Cotentin, les îles d’Anglo-Normandie à l’horizon, j’étais passionné d’histoire, d’histoire locale, d’histoire littéraire, d’histoire littéraire locale. Comme l’avait été mon compatriote Georges Grente, futur auteur du Dictionnaire des Lettres françaises, quatre-vingts ans plus tôt. » (Christian GURY, « Introduction » à Proust, clés inédites et retrouvées).
En juin 1968, alors qu’il achève ses études au lycée de CHERBOURG, reçoit le prix de la Société régionaliste Alfred Rossel, « destiné à récompenser des élèves qui, dans leurs écrits, en prose ou en vers, ou par leur travaux artistiques, ont célébré les paysages, les monuments du Cotentin ou perpétué les traditions et le folklore de la Basse-Normandie ».
Devenu parisien, demeurera cotentinois en pensée. A preuve, notamment, ses ouvrages sur le cardinal GRENTE et sur le cherbourgeois Roland BARTHES, ses travaux sur PROUST et Querqueville-Balbec, son Aragon, le Parisien de Port-Bail, son recueil Américascope précédé de : Châteaux en Cotentin et suivi de : Ailleurs ou, parodies à décors manchois des Diaboliques de BARBEY d'AUREVILLY, ses romans : Don Juan des Poules; Histoire d'une grosse émeraude; Pour l'Amour des Chats.
*
Le 11 décembre 1972, revenant d’un séjour aux Etats-Unis, prête le serment d’avocat devant la 1e Chambre de la Cour d’appel de CAEN. La veille, à HONFLEUR, dans le cadre du Puy des Palinods de Normandie, le romancier Michel de SAINT-PIERRE lui a remis un prix de poésie.
Avocat stagiaire aux barreaux de CAEN et d’ARGENTAN (1972-1975). Lauréat de la Conférence (CAEN, 1975). S’inscrit au barreau de PARIS en 1976. Avocat honoraire depuis 2007.
« J’ai choisi d’être avocat avec l’arrière-pensée de pouvoir me ménager du loisir pour lire, écrire, poursuivre mes travaux d’érudition. Le Barreau est une école d’indépendance, qui donne une méthode. » (op.cit.)
Généraliste, il sera le conseil aussi, notamment, de l’Association pour la Culture et les Loisirs des Mauriciens en France, dont il est le président d’honneur et à fondation, du groupe Arcadie-Mouvement homophile de France ou de petites maisons d’édition.
*
Collaborateur d’Arcadie, « revue littéraire et scientifique » (1976-1982). Y publie des études de droit, d'histoire et d’histoire littéraire.
« “[…] je vous donnerai également à lire une conférence que Me Christian Gury […] fit chez nous en 1978 et qui est intitulée L’Académie de Sodome […]. – Encore Sodome!” dit André qui désignait le titre d’une plaquette posée au coin du bureau et intitulée Les Vergers de Sodome, poèmes. “– En fait, dit Baudry, le nom de la cité biblique est l’enseigne de notre maison; celui d’Arcadie est un euphémisme. Ces poèmes sont justement une œuvre de Me Christian Gury […]. Ils contiennent beaucoup de choses émouvantes ou drolatiques […]”. […] son premier ouvrage, avant Les Vergers de Sodome, était Le Château du Crépuscule, suivi de Poésies particulières ». (Roger PEYREFITTE, L’Illustre Ecrivain).
En 1981, précurseur d’une réflexion sur de futures questions sociétales et sans au demeurant vouloir de ses solutions pour lui-même, publie L’Homosexuel et la Loi, l’état des lieux et la première somme juridique sur les droits des homosexuels, « un traité sérieux et documenté sur les différents cas que peut présenter au praticien, tant civiliste que pénaliste, une clientèle aux goûts particuliers » (La Vie Judiciaire), « en langage judiciaire, un roman fleuve de l’amour interdit » (Roger PEYREFITTE, L’Illustre Ecrivain), « remarquable ouvrage » (professeur Michel VINCINEAU, de l’Université libre de Bruxelles, La Débauche en droit et le droit à la débauche).
Ce qui lui vaudra de prononcer des conférences ou de participer à des débats, dans des cadres aussi divers que l’Ecole Nationale de la Magistrature, l’Institut Catholique de Paris, l’Institut de Sexologie de l’Hôpital Saint-Antoine ou l’Institut de Droit canonique de l’Université de Strasbourg.
[Sur cette période de la vie de l'auteur : Roger Peyrefitte et ses Arcadies; Les Premiers Jours de Roland Barthes précédé de : Barthes en Arcadie; et, sous la signature de diariste d'Aldric-Gury : Roger Peyrefitte et Compagnie et Journal d'Arcadie.]
*
En 1978, avait rencontré Gilles THOMAS (1949-1994), gérant de la librairie La Terrasse de Gutenberg à Paris, avec qui il créera la librairie Clair de Plume (1983-1998), associée au groupement de libraires de qualité « L’Œil de la Lettre », et qui sera le héros du roman Un gentilhomme libraire.
« Des dix mille bouquins de notre librairie, – Vous étiez, doux chéri, mon livre préféré. » (Luc ALDRIC, Le Pavillon des Sidéens).
*
A partir de 1994, présente à l’édition un plan de travaux d’histoire littéraire, ouvrages déjà composés et des extraits ayant été l’objet d’articles ou de causeries, en cours d’écriture ou en projet. D’où, publications.
• Une trilogie : « Le Poète, Le Prêtre et le Soldat au temps des Années folles » :
1) L’Extravagant Maurice Rostand, un ami de Proust et de Cocteau (1994). « Sur l'œuvre et la vie de cet écrivain-dandy, se reporter à [...] L'Extravagant Maurice Rostand. » (Patrick DUBUIS, Emergence de l'homosexualité dans la littérature française).
2) Le Cardinal Grente, des maisons closes à l’Académie française (1995), « la vie d’un cardinal français […] en écho […] aux Excentricités du Cardinal Pirelli, de Firbank » (Angelo RINALDI, L’Express), « spiritueel geschreven biografie » (Romaneske, revue de l’Université de Louvain).
3) Lyautey-Charlus (1998), « poissonneuse biographie de Lyautey […] présenté, analyse de textes à l’appui, comme le modèle de M. de Charlus […] un chef-d’œuvre kitsch » (Angelo RINALDI, L’Express), « a book arguing that Lyautey was homosexual and the model for Proust’Baron de Charlus » (Robert ALDRICH, dans Homosexuality in French History and Culture).
[Pour une approche, voir : « Charlus au Maroc » par Michel CARASSOU, dans Tumultes, n°41, octobre 2013.]
Dans La Fiancée du danger, film de Michèle LARUE et Noël BURCH, sur la vie de Marie MARVINGT, sportive héroïque et organisatrice de l’aviation sanitaire civile au Maroc [1e diffusion : FR3, 2006], Christian GURY parle de « la femme idéale selon Lyautey ».
« Adolescent […] j’aimais […] dépouiller de vieux journaux, et, bientôt, la IIIe République me devint une époque familière. Je suppose que c’est ainsi que je fus aimanté par un intérêt pour des figures comme celles de Maurice Rostand et de Lyautey, ressenties comme pittoresques » (Christian GURY, « Introduction » à Proust, clés inédites et retrouvées).
• Une réflexion, dans le fil de la conférence intitulée L’Académie de Sodome, sur l’intégration des « marginaux » par les institutions littéraires : Les Académiciennes (1996), « en 256 pages, d’une grande érudition, le tour du sujet, beaucoup plus ample qu’on ne le penserait de prime abord » (Joseph VALYNSEELE, L’Intermédiaire des Chercheurs et Curieux), ouvrage contrant les affirmations de Marguerite YOURCENAR et démontrant l’existence historique d’une « consensuelle répartition des rôles de la vie intellectuelle […], les femmes s’attachant pour leur part à l’animation des salons et refusant l’idée d’immortalisation, sauf à l’étranger » mais sans que « l’éventualité de coopter des académiciennes » ait jamais été franchement exclue; et Académiciens et Saltimbanques (de Molière à Trenet) (1997), chronologie des vicissitudes d’une « condition comédienne » au ban de la société.
• Une histoire de la répression de l’homosexualité sous la IIIe République, en sept volumes, à partir de l’analyse de faits divers exemplaires, « ouvrages consacrés aux destins brisés d’homosexuels plus ou moins célèbres. Cet ensemble finit par constituer une œuvre unique, tout à fait digne d’intérêt [...] Christian Gury est l'un de nos meilleurs chercheurs ès homosexualités, l'un des plus fouineurs et des plus pénétrants que nous ayons depuis des lustres » (Jean-Claude FÉRAY, Inverses, numéros de 2001 et 2014); « a toujours été un chercheur et même un dénicheur de choses rares sur tel ou tel personnage » (La Montagne, 6 juillet 2016); « s’intéresse à des figures du passé dont l’homosexualité bouleversa l’existence. A base d’archives, de coupures de presse de l’époque […]. Ces destins sont passionnants, révélateurs d’un temps où l’homosexualité était une tare » (Illico).
« […] une grande photographie de la comédie humaine, [qui] doit s’intéresser à tous les milieux sociaux, noblesse, armée, clergé, peuple, à toutes les professions, manuelles ou intellectuelles, à la politique et au barreau, aux sports et aux arts comme aux petits métiers ordinaires, à la lumière et aux bas-fonds, et présenter l’éventail des différents types de sanctions » (Christian GURY, « Introduction » à L’Honneur flétri d’un évêque homosexuel en 1937).
1) L’Honneur perdu d’un politicien homosexuel en 1876 (1999). Aspects policiers, judiciaires, politiques, littéraires (FLAUBERT, MAUPASSANT, PROUST) d’un prélude aux affaires WILDE et CLINTON, le candidat à la députation et espoir de la droite cléricale Eugène de GERMINY surpris dans un urinoir en compagnie d’un jeune vagabond.
Ouvrage présenté par le bâtonnier DAMIEN à la séance du 7 juin 1999 de l’Académie des Sciences morales et politiques, « un livre bourré d’informations prises aux meilleures sources […] livre de sciences et non pas un recueil d’anecdotes graveleuses » (Revue des Sciences morales et politiques).
2) L’Honneur musical d’un capitaine homosexuel en 1880 (1999). Reconstitution de la filature et du procès du capitaine VOYER, pianiste de l’Elysée sous MAC MAHON, surpris en amour avec un artilleur, scandale ayant vraisemblablement inspiré PROUST.
« Les militaires dont l'homosexualité était connue n'étaient [cependant] pas vus comme à risque [lorsque survint l'affaire Dreyfus] ― il n'est pas fait mention d'espionnage [par exemple] dans l'affaire Voyer [...], cf Christian Gury, L'Honneur musical d'un capitaine homosexuel en 1880 » (Pierre GERVAIS, Romain HURET, Pauline PERETZ, Revue d'Histoire moderne et contemporaine, janvier 2008).
3) L’Honneur professionnel d’un bourreau homosexuel en 1847 [SANSON, suspendu de ses fonctions] suivi de : L’Honneur suicidé d’un général homosexuel en 1903 [« Gury provides a sympathetic account and also underlines the interest of the French press in the incident » (Robert ALDRICH, Cultural Encounters and Homoeroticism in Sri Lanka)] et de : L’Honneur assassiné d’un homosexuel ordinaire en 1909 (1999).
4) L’Honneur piétiné d’un domestique homosexuel en 1909 (1999), « […] décrit les dessous de “l’affaire Renard” […] qui aurait donné à André Gide le déclic pour écrire […] Corydon […] considère qu’il s’agit de “l’affaire Dreyfus de l’homosexualité” : le domestique […] accusé du meurtre de son maître […] en raison de son homosexualité [seulement][…] et condamné au bagne » (Régis REVENIN, Homosexualité et prostitution masculines à Paris – 1870-1918), « Corydon [...] an up-to-date manifesto for homosexual love, spurred by a contempary court case [...] described in [...] L'Honneur piétiné [...] »  (Sarah WILSON, commissaire à l'exposition Klossowski de 2006 à la Whitechapel Gallery, notice pour The Courtauld Institute of Art - University of London).
5) L’Honneur retrouvé d’un officier homosexuel en 1915 suivi de : Grande Guerre et Homophilie (2000), « relate “l’affaire de mœurs” qui se cache derrière le sacrifice viril de Robert d’Humières [le principal modèle du Saint-Loup de Proust][…] mort “au champ d’honneur”. La figure héroïque de Robert d’Humières n’en sort pas amoindrie, et Gury sait nous rendre sensible à cette vie brisée, comme il l’a fait pour chacun des autres personnages de sa grande fresque en sept tomes » (Jean-Claude FÉRAY, Inverses).
Etude aussi du thème de l’homosexualité des Poilus. « De nombreux écrivains [...] ont décrit les rapports sexués ou sexuels que les hommes entretenaient avec l'univers guerrier. “On cueille à foison [, dans la littérature de la Grande Guerre, des appréciations sur] le physique, le corps, les détails du corps des copains”, écrit Christian Gury. » (Luc CAPDEVILA, François ROUQUET, Fabrice VIRGILI, Danièle VOLDMAN, Sexes, genre et guerres).
6) L’Honneur ratatiné d’une athlète lesbienne en 1930 (1999). Le cas de Violette MORRIS, championne exclue de participation aux Jeux Olympiques pour cause de « port du costume masculin » et qui, de désespoir, se fait couper les seins et intente un procès, qu’elle perd. « “Atteinte dans sa chair par une sanction disproportionnée [...], Violette Morris répond à la mort sportive qu’on lui inflige par le suicide radical de sa féminité”, écrit [...] Christian Gury, qui y voit un geste masochiste [...] [en effet] une des interprétations possibles [...] » (Christine BARD, Une histoire politique du pantalon).
7) L’Honneur flétri d’un évêque homosexuel en 1937 (2000). Gestion par l’Eglise, l’Etat, la Presse, la Franc-Maçonnerie, dans le contexte d’époque, de la démission forcée de Mgr Marcadé, l’évêque de Laval; « […] ces prêtres, évêques, cardinaux et papes qui tout au long de l’Histoire ont été de véritables modèles d’humanité et que pourtant leurs mœurs auraient fait jeter aujourd’hui dans la fosse aux lions […]. Certains d’entre eux ont dû payer cher la dénonciation des leurs, [...] Mgr Marcadé […] qualifié “d’inverti homosexuel” » (Bernard DUVERT, Rose soutane).
• Un nouvel éclairage des sources d’A la recherche du temps perdu.
Dans le prolongement des découvertes de Lyautey-Charlus, le mariage tardif du maréchal avec une veuve ― ayant auparavant accompagné le célibataire PROUST en croisière ― pour cœur d’une œuvre-palimpseste et semée de calembours.
« Adolescent, j’avais commencé de constituer un fichier, des notules associant écrivains et artistes à leurs lieux cotentinois d’inspiration. Et, découvrant, aux brouillons de la Recherche, une prolifération de noms de villages de ma presqu’île, la future Balbec baptisée Querqueville ou Bricquebec, j’ai traqué les sources de l’œuvre de Proust » (Christian GURY, « Introduction » à Proust, clés inédites et retrouvées).
1) Le Mariage raté de Marcel Proust et ses conséquences littéraires (2001). « Et si la Recherche du temps perdu n’était qu’un gigantesque calembour ? Ils abondent en effet […]. La correspondance de Proust en est riche aussi : tradition familiale […], comique d’époque en tout cas. Selon Christian Gury, la Recherche […] est la conséquence littéraire du mariage d’Hubert Lyautey […] avec Inès de Bourgoing […]. En effet, leurs noms se retrouvent, combinés ou inversés, anagrammes et autres transpositions, dans ceux des personnages du récit proustien dont ils seraient les clés, plus exactement l’unique passe-partout. » (Pierre-Edmond ROBERT, Le Magazine Littéraire).
2) Charlus (1860-1951) ou : Aux sources de la scatologie et de l’obscénité de Proust (2002). « Charlus […] Gury fait de ce personnage complexe et ambigu […] le fer de lance d’une relecture iconoclaste de La Recherche. Le baron serait en effet un dérivé littéraire de Charlus, chanteur éponyme de caf’conc’ (genre mineur fort prisé par Proust) […] au répertoire grotesque et vulgaire […]. Cette exégèse – Proust lu comme un disciple de Rabelais! – [...] ausculte la profusion onomastique de l’œuvre, valise à fonds multiples et au contenu des plus surprenants » (Jean LAURENTI, Le Matricule des Anges), « intrusion dans le monde interlope du caf’conc’[…] bouquin “culotté” (si l’on peut dire) » (Serge DILLAZ, Chorus – Les Cahiers de la Chanson).
3) Proust et la Femme Pétomane (2002). « Proust dit-on aimait le caf'conc'. A son époque, on allait voir des créations musicales et des fantaisies à Belleville et sur les grands boulevards. Il a sûrement assisté aux spectacles de pétomanes qui fleurissaient dans les music-halls de son temps bien avant Bigard; Christian Gury a dû s'inspirer de ce particularisme pour affiner son Proust et la femme pétomane. » (Georges YANG, sur le site Agoravox).
4) Proust, clés inédites et retrouvées (2003). Par exemple : le cardinal de Cabrières donne des traits à Charlus, le modiste Lewis au cocher des Verdurin, le diplomate Lecomte à Vaugoubert, etc.
5) Proust et “le très singulier” Infant d’Espagne (2005). « Proust y el “infante de España”, [...] eran clientes del hotel Marigny, un refinado local de placeres homosexuales [...]. Hay incluso quien asegura, como el escritor Christian Gury, autor de un libro sobre la amistad entre ambos “dandis”, que Proust se inspiró en él para crear a uno de los personajes de su obra, el barón de Charlus. » (Pablo VARGAS, Nuevatribuna. es.).
6) Proust et Lyautey (2009), synthèse et articulation de l’ensemble des volumes démontrant que le maréchal et son épouse sont le passe-partout explicatif des personnages et du palimpseste d’A la recherche du temps perdu, reprenant et précisant la conférence prononcée en 2008 à l’université de Bonn.
[Pour une approche, voir : « Jeux de mots, jeux de noms » par Christian Gury, dans Le Magazine Littéraire, avril 2010, dossier : « Proust retrouvé ». « L'article de Christian Gury [...] est [...] consacré aux calembours autour de Lyautey (lit ôté), l'un des modèles présumés de Charlus, et rappelle que les calembours onomastiques étaient très à la mode à l'époque de Proust, qui les pratiquait volontiers, notamment dans sa correspondance, de même que les anagrammes et autres palindromes. » (Florence GODEAU, Bulletin d'Informations proustiennes).]
7) Proust et les Bulgares suivi de : Proust au tennis et de : Le Zoo de Combray (2013). « [Pour] le centenaire de la publication de Du côté de chez Swann, [...] l'année littéraire proustienne nous offre, [dans son] vivifiant désordre [...] du côté des érudits, [par exemple,] un Proust hors champ (Proust et les Bulgares [...]) » (Alexandre GEFEN et Matthieu VERNET, Le Magazine Littéraire).
« [...] une approche de la Bulgarie et de son tsar Ferdinand Ier [...] [dont la] démarche [pendant la Grande Guerre] est finement analysée à partir de la lecture de la Recherche et de ses personnages, notamment M. de Charlus ». (Claude LE ROY, Les Lettres normandes).
8) Proust et l'Adoption (2015). « En partant de l'œuvre de Marcel Proust qui désigne par “affreuse hypothèse” l'adoption d'un homosexuel par un autre, Christian Gury explore largement la situation [juridique] de l'Antiquité à nos jours avec une érudition que l'on ne peut que saluer [...] quelques cas d’“adoptions” de ce type au temps de Proust, qui défrayèrent la chronique [...] les velléités d'adoption du baron de Charlus [...]. Un essai fort bien documenté [...] » (Patrick DUBUIS, Inverses).
• Une galerie de personnages bizarres :
1) Bibi-la-Purée, compagnon de Verlaine (2004). « Le dernier roi du Quartier Latin […]. Posé devant son verre d’absinthe, il a inspiré Paul Fort et Verlaine, dont il se prétendit le “secrétaire”. Picasso l’a croqué, Joyce l’a fait figurer dans son Ulysse; bref, le personnage dont Christian Gury dresse la biographie impressionniste vaut le coup d’œil. Et, au travers de Bibi-la-Purée, le seigneur de la dèche, c’est tout le croquis d’une époque bistrotière et bohème qui resurgit. » (Laurent LEMIRE, Le Nouvel Observateur et Campus – France 2).
2) L'Étrange Jean de Bonnefon ou : Le Journalisme à l'estomac (2016). « Christian Gury s'est penché sur les aventures [...] de ce personnage haut en couleur [et] excentrique [...]. “Son nom est tombé dans l'oubli, mais à [la Belle Époque] c'était quelqu'un de très connu [...] théâtral et excessif [...]”. » (Thibault ANDRIEUX, La Montagne); « étude fort documentée, [...] qui nous plonge au cœur des joutes épistolaires, verbales ou journalistiques du début du XXe siècle [et] nous montre un Bonnefon complexe, véritable Janus» (La Lettre du Veinazès).
3) Excentriques et Années folles (2010). « Une institution, La Petite Chaumière [et] le portrait de trois excentriques [le pianiste Victor Gille, l'érudit Aubault de La Haulte-Chambre, le président Doumergue]. [...] restitue toute la frénésie homosexuelle de l'époque. Pointu dans l'érudition comme dans l'humour [...] » (Préface de Michel CARASSOU).
• Aspects littéraires :
1) La Péniche sanglante (Violette Morris - Cocteau - Modiano) (2011). « Christian Gury a centré son analyse sur un fait divers qui devait défrayer la chronique : le dimanche 26 décembre 1937, lendemain du Réveillon, Violette Morris, à bord de sa péniche [...], se fait la peau d'un légionnaire [...]. Qu'est [...] venu faire Jean Cocteau sur ce bateau ? Soutenir Yvonne de Bray et écrire ses Monstres sacrés pour fuir d'autres “monstres”. [...] Patrick Modiano [s'est également inspiré de ces éléments pour] ses romans, [certains de] ses personnages récurrents [étant des figures du] “milieu” [...]. » (Histoires littéraires).
[Pour une inscription de ce livre dans le travail d'ensemble de l'auteur, voir : Ma Galerie d'Excentriques, conférence de Christian Gury dit Luc Aldric, sur le site des éditions Non Lieu (editionsnonlieu.fr).]
2) Les Premiers Jours de Roland Barthes précédé de : Barthes en Arcadie (2012). « Barthes, né à Cherbourg [...] reniait sa Normandie natale. [...] Cette attitude fut-elle sans influence [...] sur la pensée et les écrits du célèbre sémiologue [?] [...] Ce livre, mené à la manière d'une enquête, [...] donne vie à la démonstration, d'où ne sont exclus, pour l'agrément du lecteur, ni la confidence ni l'esprit d'à-propos. » (Claude LE ROY, Les Lettres normandes).
3) Roger Peyrefitte et ses Arcadies (2012), « [...] une étude [...] en rapport avec le concept de l'Arcadie [et] la revue Arcadie [...] les objectifs du périodique et les thématiques qui parcourent la production littéraire et critique de Peyrefitte. Et comme Cocteau apparaît aux yeux des fondateurs [...] une figure de proue [...], il fait l'objet [...] de nombreux développements, voire de deux chapitres très intéressants [sur ses liens avec la publication]. » (David GULLENTOPS, Cahiers Jean Cocteau).
4) Le Poète étranglé – Préludes au pré-surréalisme, au "groupe de Nantes" et à la mort de Jacques Vaché (2013), « [...] la mort étrange de Barreau jette des lumières sur [...] les rapports de Breton et de Vaché [...] l'homophobie tenace d'André Breton [...] » (Thierry GUIDET, Place Publique-Nantes).
5) Aragon, le Parisien de Port-Bail (2014), « [...] permet de mieux appréhender le travail de composition de l'écrivain en étudiant la cristallisation littéraire autour d'un pilotis de son œuvre » (Amélie LE COZANNET, Faites entrer l'infini).
6) Armand Robin et Anne Caprile – Une amitié d'artistes suivi de : Vingt-deux lettres inédites d'Armand Robin à Anne Caprile (2016).
[Sur Anne Caprile, voir : De Vilar à Rossellini – L'Album d'Anne Caprile par Aldric-Gury. « Anne Caprile qui a joué dans la troupe de Jean Vilar, mais aussi pour Rossellini, racontée par Aldric-Gury. [...] évoque soixante ans de spectacle. » (Jacques PESSIS, Le Figaro).
Et : Anne Caprile : ma vie est un rêve, film de Marie CIPRIANI et José ALBERTINI, 2014, prix du président du jury au 75e festival de courts métrages “Mon Cinéma” (Vichy, 2015); «Anne Caprile, octogénaire pétillante et infatigable, retient de sa jeunesse bohème nourrie de dramaturgie lyrique qu'elle fut la muse de Rossellini [...] et une collaboratrice de Jean Vilar. [...] en réanimant les vestiges glorieux d'un passé fécondé par d'illustres rencontres, Anne Caprile, accompagnée de son biographe Aldric-Gury, exulte sa foi en l'art dramatique avec la touchante fraîcheur d'une adorable vieille dame. » (Gérard BAILLY, L'Écran de la Fédération Française de Cinéma et Vidéo).]
7) Gide et Lyautey précédé de : Gide et certains faits divers (2016).

Le Déshonneur
des Homosexuels.

"Histoire d'une répression"

lire la suite...
Image   Image

ETUDES DE DROIT
Image     Image

AUX ALENTOURS DU SURRÉALISME
Image     Image

de Luc ALDRIC
Image     Image
Image
Image     Image
Image





d'ALDRIC-GURY
Image     Image
Image